Territoire

De plus en plus des achats en commun pour 2 Cuma : Luc Lax et Quatre Vents

Sur le secteur de Luc La Primaube, les investissements se poursuivent en 2020 avec de plus en plus des achats en commun pour 2 Cuma : Luc Lax et Quatre Vents. Double avantage : cela permet d’apporter du volume sur l’activité pour faire baisser les coûts. Mais surtout, cela permet d’apporter de la souplesse car les matériels sont doublés voir triplés dans le même service.
La première réunion s’est déroulée le 4 février 2020 avec la Cuma des 4 Vents qui avait programmé une réunion consacrée uniquement aux investissements afin de maintenir son parc matériel, sous la houlette de son Président, Michel GOMBERT. Les projets étaient le renouvellement d’un broyeur de refus, d’une épareuse, d’une fourche arrière, d’une herse rotative, d’un plateau fourrager et la création d’un nouveau service herse étrille. Après...

Vallée de Kaysersberg : projets collectifs et agro-environnement

La cuma de la Vallée de Kaysersberg (68) a été fondée en 1997. Elle regroupe exclusivement des viticulteurs, tous exploitants dans les villages de la vallée (Kaysersberg, Ammerschwihr, Sigolsheim et Kintzheim). Aujourd’hui, elle compte 25adhérents et une quarantaine de matériels aussi bien viticoles que vinicoles. Par Aurélie Schneider
« Ce qui fait la force de notre CUMA c’est la diversité des adhérents : on compte aussi bien des viticulteurs coopérateurs que des manipulateurs-récoltants, des conventionnels comme des bios, des jeunes comme des moins jeunes » indique Patrick Schiffmann, président de la CUMA depuis sa création. Ce dernier est même dans une démarche expérimentale de réduction des intrants puisque son exploitation fait partie du réseau DEPHY (réseau de Démonstration, Expérimentation et Production...

Nouveau cru pour la CUMA des Côtes de Toul

La lorraine est une terre de polyculture-élevage majoritairement, mais il existe des irréductibles producteurs de Vin ! En effet la Lorraine domicilie plusieurs labels viticoles comme les Côtes de Moselle (AOC), les côtes de Meuse (IGP) et enfin les Côtes Toul (AOC) en Meurthe -Et-Moselle. Par Axel Abraham
L’AOC Côtes de Toul représente aujourd’hui 90 ha pour un production annuelle de 500 000 bouteilles, elle ne fait que de s’agrandir puisque chaque année 2 à 3 ha sont implantés. Seulement comme dans toutes les productions les charges d’outillage et d’équipements sont élevées, la mutualisation est donc un fort levier. Ainsi la CUMA des Côtes de Toul a été créé en 1990 par une quinzaine de viticulteurs, elle était basée à LUCEY (54) dans le Toulois. Elle r...

Champagne: « trop taxés », certains « petits vignerons » renoncent à vendre des bouteilles

Plus d'un million d'euros l'hectare: en Champagne, le prix du vignoble poursuit sa flambée, et les droits de succession avec. Face à des transmissions coûteuses, certains vignerons héritent de parcelles morcelées sur lesquelles il n'est plus rentable de produire le roi des vins.
« En Champagne, quelqu’un qui hérite d’un hectare doit s’acquitter d’environ 100.000 euros à l’administration fiscale… Il faut consacrer trente ans de ses revenus pour rembourser ses droits de succession », assure la direction du syndicat général des vignerons, qui milite pour que la vigne soit considérée comme un bien professionnel et non une rente. Pour lire la suite CLIQUEZ ICI

Faites des rosses, c'est pas atroce!

La cuma Innov'61 présente son nouveau matériel à Céaucé!
2020 année des trognes! Aussi appelés arbres tétards, rosses, ... Ce sont des éléments paysager très intéressants pour la biodiversité notamment! Le 14 mars 2020 s'est ainsi tenu une demi-journée à leur effigie. Quels intérêts? Comment les entretenir? Que faire de leur "production" de bois/branches? Au programme: - visite/ promenade sur la ferme du Bois à Loré pour découvrir ces arbres - Démonstration de coupes d'entretien par les élagueurs -...

Un grand merci pour ces 1eres portes ouvertes à l'Union des cuma

C'est avec succès que nos premières Portes Ouvertes " les Jeunes poussent en cuma" à l'échelle de nos 4 département viennent de se tenir. Comme prévu, ce sont plus de 500 étudiants et 40 enseignants qui auront participé à ces moments d'échanges autour des valeurs de coopération, de solidarité, mais aussi de grand professionnalisme dont les cuma sont capables.
Les premiers retours positifs d'enseignants nous encouragent déjà à renouveler cette opération sur le long terme.   Cette réussite et son mérite sont liés au travail et au savoir faire de notre réseau, des équipes salariés, des élus, et bien entendu aux  cuma locales. Un grand merci à vous tous.    Nous tenons particulièrement à remercier les responsables et les salariés des 4 cuma qui ont donné du temps et de la disponibilité : la cuma Vallée de l'Isac à LA CHEVALLERAIS la cuma l'Alliance à LA ROMAGNE, la cuma des Bellangeries à...

l'Aventure du vivant un événement national

l'Aventure du vivant, un tour de France organisé par le ministère de l'agriculture et de l'alimentation ainsi que le ministère de l'enseignement pour faire découvrir les différents métiers de l'agriculture
À la fois ancré dans les territoires et ouvert à l’international, l’enseignement agricole est le second système éducatif en France. Il comprend plus de 800 établissements scolaires et 18 établissements d’enseignement supérieur agronomique (publics et privés), vétérinaire et de paysage ainsi que de nombreux centres de formation d’apprentis et de formation professionnelle sur l’ensemble du territoire. Depuis 2019, le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation a lancé à destination du grand public une grande campagne de communication pour informer et...

Tournée d'élagage et de déchiquetage

Pour vos besoins d'élagage de vos bords de champs, une tournée est organisée sur janvier et février. N'hésitez pas à contacter le chauffeur de la CUMA/ Une tournée de déchiquetage est prévue également en février.
 

Le GAEC Virouzière chauffe son poulailler au bois

Le chauffage au bois déchiqueté est aujourd’hui une réalité pour plus de nombreux agriculteurs. Rencontre avec Jean et Nicolas Davy, agriculteurs dans l’Orne, qui ont fait le choix du chauffage au bois déchiqueté pour chauffer leur poulailler. Interview.
Pourquoi l’idée de se chauffer au bois ? Comment est venue cette idée ? « La raison de l’installation de la chaudière est surtout économique (combustible peu cher par rapport au gaz). Il y a aussi un intérêt pour le bien-être animal (maintien de la litière sèche). Nous avons 47 km de haies sur l’exploitation donc la ressource est disponible. » Le choix de la chaudière « Nous avons fait le choix d’une chaudière de type « air-air » car le coût est moins...

Pages

S'abonner à Territoire